Catégories
Suggérer un lien
Artskills
Shop
Interview : « GRAPHIC-TRAVELLING »
lundi 20 avril 2009 par akam.Catégorie(s) Interview.
  

Voici ci dessous l’interview de GRAPHIC-TRAVELLING publié dans le numéro 11 du magazine Advanced Creation. (cliquez ici pour accéder aux créations disponibles sur amkashop)

“Travelling” aka François Leroy est un jeune créateur Français talentueux de 19 ans. Son style et sa technique ont évolués très rapidement depuis les 12 derniers mois pour aboutir aux résultats ci-dessous. Des créations à base de “mixed media”, mélangeant les éléments photographiques, vectorisés et crées directement dans photoshop pour donner naissance à univers riche et foisonnant.

THOMAS GAYET > Parle nous un peu de toi et de ton parcours, universitaire ou autodidacte ?
François Leroy > Je gribouilais des personnages et autres depuis tout petit sans m’être pourtant intérréssé à l’art en régle générale. Je voulais devenir déssinateur (mais de quoi ? je ne sais toujours pas). J’ai été orienté vers un BT Dessinateur maquettiste en fin de troisième ce qui m’a appris les règles fondamentales du graphisme et m’offrir un intêret particulier pour l’art, en milieu de cycle j’ai commencé mon initiation aux logiciels comme photoshop ou illustrator de manière autodidacte.

TG > Pour quelles raisons as tu décidé de te lancer dans la création et à quel moment ?
FL > Je me suis intérréssé à la création purement numérique il y a deux ans et demi environ au lycée (BT déssinnateur maquettiste), par la découverte de plusieurs artiste qui ont décidement dirtigés ma créativité vers le numérique. C’est à ce moment que j’ai eu le déclin, l’initiative de devenir «graphic designer». J’ai commencé à travailler sur mes créations il y a deux ans et c’est devenu une passion.

TG > Lorsque tu commences une nouvelle création, quelle est l’approche que tu privilégies ?
FL > Avant même de commencer quoique ce soit je privilégie soit le rendu coloré, soit la composition, soit le côté graphique. Un penchant vers l’un ou l’autre depend de mes gouts et de mon humeur . Il y a certains choses que je veux mettre en avant ou non selon la création.

TG > Tu bosses dans une agence ? En free ? Dans un collectif ? Pourquoi ?
FL > Alors je bosse dans une agence, en free et dans un collectif. L’emploi dans l’agence m’a été amené par un ami qui au départ m’employait en freelance pour plusieurs travaux dont il était satisfait, j’y travaille à mi-temps. Cela me permet de me consacrer à ma partie freelance auquel je tiens pour garder la diversité créative.
Pour le collectif, j’aime tout simplement faire partie d’un groupe de créateur venant de tous le globe et unis par la même passion. Cela aide en grosse partie a progresser.

TG > Quels sont tes projets pour les mois qui arrivent ?
FL > Mes futurs projets sont simplement de créer et toujours progresser. Dans les mois à venir je m’étendrai vers d’autres horizons comme la conception design d’intérieur que je suis en train de concrétiser.
Je pense aussi remagner et offrir une grosse mis à jour à mon siteweb d’ici peu mais ce n’est pas un projet en temps que tel.

TG > Si tu n’avais pas travaillé dans le milieu de la création, qu’est ce que tu aurais fait ?
FL > Trés trés dur à dire, depuis que je suis en maternel, je me suis mis à déssinner régulièrement, on m’a «formaté» à toujours faire quelque chose dans le mileu de la création et rien d’autre ne m’a jamais intérréssé. Quand j’avais quatre ans je voulais être pape pour l’anecdote alors que j’ai toujours été athé. Je me serais peut-être lancé dans le journalisme.

TG > Quel regard portes tu sur ton travail et sur la création au sens large ?
FL > Au sens large je n’aime pas ce que je fais et c’est pour moi une qualité qui aide constamment a progressé, lorsque je fini une création et que je suis fier pour les heures que j’ai passés dessus, je déchante trés vite quand je vois le travail de mes idoles créatives.

TG > A quoi ressemble une journée de «GRAPHICTRAVELLING» ?
FL > C’est mouvementé… Alors je me lève assez tot, je m’installe devant mon ordinateur avec un café et mon paquet de cigarette, je met sur clé quelques fichiers qui me serviront pour le travail auquel je fonce dans l’heure qui suit. Ensuite j’ai un peu moins que l’apres-midi de libre pour me lancer dans mes projets et enchainer les rendez-vous avec les personnes concernés, je vois ma douce en soirée et je me couche généralement assez tard pour me consacrer à mes loisirs et mes créations personnels.

TG > Quels artistes t’inspirent le plus ? ou à défaut ou puisses tu ton inspiration pour réaliser de nouvelle créations ?
FL > Les artistes qui m’inspirent le plus sont Peter Jaworowski, Mike et Pete harrison, Pawel Norbert et Craig Shield. Après je puise mon inspiration dans ce que j’aime en général, ça peut être un artiste ou autre.

TG > «La vie sans création», cela voudrait dire quoi pour toi ?
FL > Dans un sens se serait une vie où je m’en préoccuperait pas et où j’aurais d’autres chats à fouetter puique je ne connaitrais pas cela. Dans un autre sens ce serait sans expressions, sans vibrations, assez platonique à vrai dire

TG > Quels “conseils” donnerais tu à des artistes qui démarrent ou qui voudrait suivre cette voie ?
FL > Ne pas avoir peur des nuits blanches et de la déception, comme dans toutes choses il faut du travail, de la persévérence et le matéteriel pour ce donner les moyens, apres tous suit je pense. C’est rebarbatif mais c’est comme ça selon moi.

TG > As tu une anecdote à nous racontez sur un de tes travaux ?
FL > Une fois il y a longtemps, j’ai eu un crash de disque dur pendant que j’étais en train de finaliser une création qui pour moi était une révolution sur ce que je faisais jusqu’a ce jour, j’ai mené une «affaire d’état» pour recupérer le fichier, j’ai fini par le récuperer et il n’allait plus du tout, je l’ai recommencer selon d’autres approches, il n’avait presque plus rien à voir au final. Comme quoi le recul forcé d’un désagrément comme le crash de disque dur aide bien ! (parfois seulemment).

TG > Pour parler un peu de l’actualité, que penses tu de l’élection de Barack Obama ?
J’ai discuté de ça il y a pas longtemps avec un ami américain qui a donc voté Barack Obama sur l’idée qu’il représentait le changement mais qu’il ne le prenait pas pour autant pour un superman comme on pourrait le croire par son énorme médiatisation. Je suis un peu de son avis.

TG > Un dernier mot que tu voudrais partager ?
FL > Merci pour ce moment et bon courage..

AJOUTER UN COMMENTAIRE :
Commentaire : * :

Créer des choses c’est bien, savoir ce qu’on dit (dans la création) c’est mieux. D’un point de vue sémantique ça donne quoi ? Je sais, je n’aurais pas de réponses…

R a écrit le 21 avril 2009

Salut Mr R. niveau sémantique ça donne des choses que tu ne vois pas visiblement.
Toute les créas sont créer dans un but sémantique (surtout celle pour EvokeOne) une créa ne raconte pas une histoire mais transmet des messages que celui qui regarde décripte par son ressenti.
Les symboles sont ici pour guider le message, exemple : Pour la créa purity il s’agit en fait d’une créa pour le pack « Mixtape », et est nommé en vérité lyrics ink : La fille se laisse envouté par des paroles écritent à l’encre et l’encre (la musique) la fait voyager (ici le japon) les ampoules sont le symbole de l’idée musicale ; voila le but premier.
Le message de la typography oil est inutile à préciser je crois. etc…
Apres une créa ne te force pas à lire un message c’est toi-même qui le voit, il n’y en a pas un mais plusieurs. Voila pour ta reponse

graphic travelling a écrit le 22 avril 2009

Ca veut dire quoi un « but sémantique » ? La sémantique c’est l’étude de la signification des signes. Si je lis tes images, je vois une silhouette au centre et des signes qui volent autour. Toujours la même réponse pour des messages différents ? S’il y a en effet un message à comprendre derrière tout ça, ne serait il par plus clair sans toute cette décoration (qui n’est là que pour montrer ce que tu sais faire avec des effets) ? S’il y a en effet un message à comprendre derrière tout ça, serait il toujours le même à chaque fois ? La fille se laisse « envouter » ou elle dort ? Où sont les fameuses « paroles écrites à l’encre » ?

Je te rassure, tes images ne manquent pas de qualités dans la réalisation. Ce qui est effrayant par contre c’est tout ce qui est relatif à la sémantique et aux techniques de communication. Par exemple, la décoration n’est pas une technique de communication. C’est là la belle différence entre les écoles d’infographie et les école de communication/graphisme. Les premiers misent tout sur l’effet sans aucune notion de com, les seconds savent en principe aller au but sans fioritures inutiles.

R a écrit le 22 avril 2009

Je comprend très bien ce que tu veux dire.

Je viens d’une école de com’. Et ton avis est que la plupart des choses autour de mes « sujet » sont décoratifs demonstratif de ma technique vide en sémantique, c’est ton avis et ton interprétation mais ce qui est foisonnant n’est pas forcément vide et je suis d’accord qu’il faut se méfier de quelque chose qui balance en technique car c’est souvent pour compenser un manque de fond réel.
Mon style veut la technique et l’aspect tendance dans mes créas mais ça ne veut pas dire qu’il n’y à rien dans le fond, le fond n’est pas forcément visuel chez moi mais aussi dans l’agencement des choses, des contrastes et des couleurs ; ce qui veut dire des choses qui se ressentent mais qui ne se lise pas comme un texte. Je ne veux pas expliquer clairement le fond de mes créas car le spectateur est libre de pensée ce qu’il veut et je ne veux pas imposer un message.
Pour moi écrire des lyrics car j’ai envie qu’il y en ai est maladroit, suggerer les lyriques dans ma créa est pour moi bien plus habiles bien que selon ton interpretation tu ne le vois pas.
Tu es peut être un peux dur avec ta difference des écoles. Et je pense aussi que c’est une différence de style et de genre que d’aller au but sans fioritures. la foisoinnance est un style à part entière qui est le juste milieu (avec ou sans message)

graphic travelling a écrit le 22 avril 2009

(je ne sais pas si cette parenthèse va servir à quelque chose mais il est plus aisé, pour celui qui commente sur ce blog, que le cartouche « ajouter un commentaire » soit en dessous des commentaires et pas au dessus, sachant qu’on répond à un commentaire qui se trouve en dernier, donc en bas de la page)

Malheureusement, ton « style » (pour reprendre tes mots) est celui de bien d’autres. Je ne compte plus les images avec une silhouette au centre et un déballage de formes en tous genres autour. Je ne saisis toujours pas en quoi ce genre de choses aide à la compréhension du message. On peut se positionner en tant que créateur et imposer des formes comme création pure, aidant ou non un message. C’est un choix, c’est le tien. Maintenant est que tout doit toujours être fait de la même manière ? Ta capacité créatrice de formes ne pourrait elle pas être au service d’un autre ordre ?

En effet c’est mon « avis » et mon « interprétation ». Heureusement, je ne suis pas le seul à me poser des questions et à agir en conséquence. D’autres se laissent dépasser par les formes et se retrouvent à faire du joli, du pétillant, du frais comme disent les gens ici. On aime ou on aime pas, la question est à quoi cela peut il bien servir si ce n’est une sorte de masturbation créatrice ? (il existe bien une masturbation intellectuel pour les écrivains ou les cinéastes entre eux). En quoi tout cela répond à un message plus qu’il ne répond à toi même ? Sers tu un message ou te sers tu du message pour faire ta propre exposition ?

Et encore une fois, il existe des signes reconnaissables par tous, ce n’est pas mon interprétation mais un constat : il n’y a rien de musical dans ton image.

Des formes à foison ne sont en effet pas synonyme de vide, tout du contraire, c’est un synonyme de trop plein, de trop, l’oeil se perd et ne retient rien et le message passe à la trappe. C’est joli, c’est malheureusement tendance mais ça ne dit rien de plus que des effets qu’on ne comprend pas. Première leçon, première année dans une école de graphisme.

R a écrit le 22 avril 2009

J’apprécie beaucoup ta vision des choses, qui est aussi la mienne (et oui). Le trop plein, la décoration et l’absence de message n’est pourtant pas un défaut. Il faut savoir le comprendre.
La difference entre l’abstrait géométrique de Par exemple : Mondriant et l’abstrait lyrique de Kandinsky t’aide à comprendre qu’il n’ y a pas forcément de message mais un ressentit, ces deux artistes correspondent bien à ce que tu avances : l’épuré le purement direct, l’équilibre et le foisonnage, le trop, le déséquilibre, l’improvisation. C’est en ça que je propose la signification de ce que je fais semblable à beaucoup d’autre qui propose la balance visuel : le message est un ressentit.
Encore une fois j’insiste sur le fait que pour toi il n’y a rien de musical et c’est normal. balancer la musique avec un style musical est pour moi maladroit encore une fois. C’est une question de faisabilité que tu ne vois pas selon moi car tu as trop en tête le fait que technique = vide en gros et qui t’empeche de voir les choses dans une balance visuel ce qui est dommage et ce que je comprend tout à fait. C’est un parti pris qui n’est pas un défaut j’insiste. La technique graphique est en elle-même un message mais bon c’est une vision des choses que tu ne partages pas. J’apprécie ta critiques constructives mais je ne m’avancerais pas plus dans le débat. Je pense avoir tout dit, à toi de savoir le saisir.

travelling a écrit le 22 avril 2009

R > on a compris ce que tu voulais dire et je crois que tout le monde aussi à compris ce que voulait dire Graphic travelling. Je pense qu’il t’a suffisamment répondu sur sa démarche sans qu’il y ait besoin d’en dire plus. Je n’ai rien contre toi R mais toutes ces « masturbations pseudo-intellectuelles » sur la sémantique, le fond et la forme me font (personnellement) rire. L’art, la création se passe de tout ce genre de considération (heureusement), ce qui est (à mon avis) le plus important est qu’un visuel/création/oeuvre dégage une émotion. Après cela te parle ou pas, c’est tendance ou pas, c’est stylé ou pas, cela fait référence à des univers ou non… chacun y verra ce qu’il a envie d’y voir de toute façon et jugera en fonction de son expérience/vécu/éducation…. On pourrait prendre des centaines d’oeuvres d’artistes reconnus qui sont vides de sémantique, de fond et parfois même de forme, cela n’empêche pas la beauté et l’émotion qui se dégageront de ces créations/visuels/oeuvres…

akam a écrit le 22 avril 2009

Merci Thomas tu as trouvé les mots que je n’ai pas su dire 😉

travelling a écrit le 22 avril 2009

Bonjour Thomas, et merci de ta participation, même si elle tente de mettre fin à la critique. Le seul problème, c’est que je ne parle pas d’art mais de graphisme. Si on peut considérer les sentiments et la notion de beau en Art, on ne le peut pas en graphisme. Le graphisme est une affaire de communication, où les lecteurs doivent comprendre sans qu’on ait besoin de leur expliquer. Les notions de sentiments passent bien après le message. Si ce dernier n’est pas clair, ou camouflé par trop de sentimentalisme formel, alors la communication est raté.

Cher Thomas, s’il ne fallait se prendre la tête (réfléchir !) sur rien, le monde serait dans un bien piteux état. Si la création ne doit pas être réfléchie, et que de toute façon tout n’est qu’affaire de goût, alors comment peut on être sûr en jouant de formes et d’effets personnels, qu’un message sera compris ? Il est beaucoup trop facile de tout mettre sur le dos du ressenti, comme si la communication ne se faisait que par la sensation, et comme si tout le monde ressentait la même chose. Je ne peux pas faire n’importe quoi juste parce que ça me plait, et puis parce qu’après tout la création c’est juste pour le fun.

François, cela fait plusieurs fois que tu reviens à la même défense : c’est aux autres (à moi) de comprendre. Mais je pense que tu as tort, ce n’est pas aux autres à comprendre ce que tu fais, mais bien à toi à donner les bonnes clefs pour te faire comprendre. C’est là tout le boulot du graphiste qui ne s’adresse pas à lui même, mais bien aux autres.

Mais puisqu’il m’est très clairement interdit de creuser, je vous salue.

R a écrit le 22 avril 2009

R > tu as raison, réfléchir c’est trop compliqué et ce n’est de toute façon pas à ma portée, j’ai la tête qui fume déjà 😉

akam a écrit le 22 avril 2009

R > Si je te met un Picasso, un Monnet sous les yeux, si je te fais écouter un Vivaldi ou un Mozart me dit pas que tu va tenter de décrypter le coté sémantique des oeuvres quand même parce que la tu m’inquiète drôlement.

A travers l’immense talent de travelling je pense que tu t’es perdu. Comme un enfant, perdu en tentant de donner un sens ou de mettre des mots sur ce que tu ne maîtrise apparemment pas. Une oeuvre graphique ne s’intellectualise pas, tu n’es pas ici devant une campagne de pub ou une bannière flash. Elle s’apprécie, c’est une expérience visuelle extrêmement personnelle. Et contrairement à l’absurdité que j’ai lus…. c’est à toi de d’apprécier, de comprendre l’univers de travelling et non à lui de te donner les clefs.

Tu peu retourné à ta masturbation sémantique pseudo intellectuelle.

Pulssart a écrit le 22 avril 2009

Aurais-je le fameux droit de réponse ?

« Une oeuvre graphique ne s’intellectualise pas », c’est ton avis et j’ai le mien. Mais si on t’écoute, on balance à la poubelle nombre de livres de tous les plus grands théoriciens de la planète. Si le graphisme (l’art c’est une autre question) ne se théorise pas, alors les écoles et les livres ne servent à rien. Et le graphisme non plus en fait. Tout ne serait que Art sensationnel, peu importe que personne ne le comprenne.

Enfin, Picasso et Monet ont tous deux théoriser leur travail, ils ne faisaient pas que du joli, il y a un sens à ce joli. Je te renvoie à tous les livres qui en parlent…

Désolé Thomas, sans ironie je sais que ça t’embête. Et donc je m’arrête là cette fois.

R a écrit le 22 avril 2009

Théoriciens ?… Mais de quoi tu parles la ? J’avoues que je ne te suis plus la… j’ai jamais parlé de théoriciens ou de livres?…. Enfin bref, sinon j’ai été à l’école aussi tu sais, tout comme toi j’ai étudier aussi Picasso et Monet et même d’autre aussi !!! Incroyable non !

Les techniques de communications, de réflexions, certes on apprends tout ça à l’école….. Mais la créativité c’est quelque chose qu’on développe sans théoriser. Travelling en est remplis tout comme bon nombre de jeunes artistes aujourd’hui, par contre pour toi j’ai beaucoup de doutes avec un esprit si étroit, si arrogant et manquant cruellement de sens artistique …..

Tu as bien entendus le droit de réponses encore heureux, mais descendre un artiste aussi talentueux avec des arguments aussi bouseux j’aurais honte. Surtout avec une critique de deux phrases.

Pulssart a écrit le 22 avril 2009
AUTEUR : akam
Fondateur de ArtSkills, de Artistocracy, AmkaShop et du studio multimédia (The) Refractions. Il a été rédacteur pour le magazine Advanced Creation et Webdesign magazine. Passionné d’art numérique au sens large, entrepreneur dans l’âme, il est aussi boulémique de technologie. Partager et mettre en valeur le travail des talenteux artistes contemporains a toujours été une envie profonde.
ARTICLE AU HASARD
CATEGORIES
3D
Agence et studio
Art urbain
Artskills news
Collection inspiration
Collectif et communaute
Concours
Créateur Portfolio
Divers
Designer
Exposition
Illustration / dessin
Interview
Magazine Graphique
Motion graphic
Photographie
Publicité créative
Ressources graphiques
Toy / paper toy
Vidéos diverses
Vu sur le web
Wallpaper
SOUMETTRE
Suggérer ou soumettre un
lien à l’équipe Artskills
PUBLICITE
Votre publicité sur Artskills
Membre du réseau AdVICE
PLAYGROUNDS


SUIVEZ NOUS
Tous droits réservés - 2007-2015
Design by :